Pourquoi un projet de société basé sur l'HUMAIN

Politique

  • Notre Dame un gachis dans tous les domaines

    Immense émotion pour tous devant l’incendie de Notre Dame de Paris.

    Lieu témion réel de le vraie Histoire de France.

    Mais quel gachis dans les réactions des médias, des dirigeants, de ceux qui possédent et dirigent.

    Eprouver des émotions c’est logique mais surfer dessus pour faire de l’audimat ou manipuler c’est audieux !

    Nous avons eu droit à toutes les techniques de la communication les plus basses. C’est trop !

    Vouloir tirer profit d’un tel évènement pour sa communication personnelle, son sondage d’audiamt et/ou d'opinion, sa posture, au lieu de remplir son vrai rôle : informer, prendre du recul, comprendre, apaiser, accompagner, réfléchir à l’avenir.

    Réunir toutes les compétences et les bonnes volontés pour prendre des décisions concrètes et qui tiennent compte des causes, des faits, du contexte et de rôle de chacun.

    Pourquoi vouloir griller les étapes longues et nécessaires en donnant des ultimatum de dates, sans connaître les métiers, les risques et les nécessités techniques.

    Pourquoi utiliser s’il le faut des décrets pour imposer ses vœux.

    Comment ne pas faire le lien avec l’Histoire du Roi divin représentant de Dieu sur Terre qui décide de tout, ne cherchant qu’à tirer profit personnel à court terme.

    Ce monument qui fait partie du patrimoine qui s’est construit sur un long temps et il doit être rebâti pour ce qu’il est.

    Autre erreur qui prouve l’incompréhension, des gens de pouvoir et d’argent, du monde dans lequel nous vivons.

    Avec cette précipitation à mettre en avant l’argent comme solution, prouvant dans le même temps qu’ils en ont trop ou pour ceux qui gérent l’argent des autres et qui se plaignent de ne pas en avoir assez pour aider les personnes en difficultés et qui trouvent du jour au lentement des millions à sortir pour un cas qui n’est pas dans leur domaine compétence électif.

    Au lieu de surfer sur le chagrin et la tristesse pour en profiter, il est du rôle de ceux qui ont les clés des décisions de penser d'abor à l'humai, au collectif, de prendre le temps des décisions en concertation et en collaboration avec les professionnels et en fonction de ce pourquoi ce lieu est fait.

    Essayer de récupérer un tel évènement est inadmissible et est l ‘éclairage du manque de valeurs humaines et de vision du collectif.

    Le concept Elojes montre tout à fait sa force dans ce type de situation.

    Il prouve sa capacité à être à la hauteur de telles circonstances.

    Traiter d’abord l’Humain  (accompagnement), ensuite étudier le collectif  pour comprendre ce qu’est et devra être cet édifice en fonction de son histoire, de ce qu’il représente, de ceux qu’i se sont concernés ou pas, des resposnabilités de chacun et mettre autour de la table toutes les compétences.

    Rebâtir en son temps une fois réfléchit à ces paramètres en tenant compte de la préservation de la planète dans le choix des solutions.

     

    Mise en garde

     

  • RIC, RIP

    RIC ou RIP

    Une des demandes mises en avant par les gilets jaunes et relayée par les médias et l'Etat : le RIC ou RIP

    Croyant avoir plus de moyens de peser sur le débat, par ce biais,  les manisfestants se sont accrochés à cette mesure

    Elle ne peut être valable que si les citoyens sont à la base de la demande.

    Or, il est évident que s'il y a une mise en place de ce type de référendum, il sera contrôlé, voire utilisé pour distraire le public sur des sujets qui n'ont aucune urgence mais qui vont occuper les pages  médiatiques, l'opinion, diviser les Français et permettre pendant ce temps de garder le pouvoir et de faire passer des lois et des réformes plus importantes dans le fond.

    En bilan un détournement des réalités, un faux semblant de pouvoir pour amuser et éloigner des vraies décisions prises à notre insu.

    Mise en garde

  • Gilets jaunes reflet du monde actuel

    Parti du ras le bol de ceux qui ne s’en sortent plus,qui n’arrivent plus à vivre dignement, qui n’ont plus les services (santé, justice, poste, banque…), qui ne se sentent plus représentés par les élus politiques, du pouvoir de l’argent qui creuse les écarts

    La réaction des médias et de l’État ont permis la mise en œuvre de toutes les techniques possibles :

    1/ chercher à les mettre dans des cases (retraités, gauche, pauvres, ruraux, chomeurs...)

    2/ chercher à les culpabiliser (casse, violence, tourisme, chiffre d’affaire…)

    3/ chercher quelques arguments pour résumer les demandes, pour les développer et manipuler (RIC, 80km/h, hausse de la CSG…)

    4/ mise en exergue de la violence, de mesures de sécurité et judiciaires ( en profiter pour mettre en place des mesures qui auraient été rejetées sans ce contexte) pour faire peur et éviter l’ augmentation du nombre de manisfestant

    5/ tentative qui a échoué de créer un contre courant de manifestation

    6/ rechercher des leaders pour incarner puis discriminer certains nommés artificiellement comme responsables et les récupérer (parti) ou chercher dans leur vie privée pour tes toucher ou les impressionner en mettant les forces de l’ordre sur eux

    7/ faux débat national dit représentatif concernant un petit nombre, où au lieu d’écouter on dit ce qu’il faut faire

    8/ manipulation de l’information sur les chiffres des participants aux manisfestations, aux débats aux contributions

    9/ implication des élus locaux pour faire croire qu’ils ont de l’importance, les faire intervenir pour calmer, sous prétexte d’une pseudo démocratie directe, leur « refiler » le problème

    10/ Tenter de communiquer sur des remédes qui sont des mesurettes avec de l’argent, RIC améangé, pour faire croire que l’on a écouté et compris

    Toutes ces tentatives ont échoués car le malaise est profond et ne peut être ni catégoriel, ni manipulé, ni incarné, il est enraciné et sa germination arrive bientôt à l’éclosion.

    Complément : mai 2019

    Le mouvement baisse en intensité.

    Ce qui s'est passé est une alerte.

    Le pouvoir en place aidé par les médias, les freins de la population, la résignation de beaucoup a pu repousser pour le moment.

    Les mesures techniques et illusoires prises ne sont pour rien dans la baisse du mouvement. 

    Si les structures démocratiques actuelles ne bougent pas, prochainement, une étincelle et tout recommencera et cette fois le mécontentement partira de divers parts, il s'amalgamera et l'explosion sera lourde de conséquences car incontrôlable.

    Il est temps de changer les bases de notre organisation sociale et politique et redonner du sens .

    Mise en garde

  • Elections Européennes

     Elections européennes 2019 (ensemble des textes))

    Date : le 26 mai 2019 ont eu lieu les Elections Européennes

    Elections de 74 députés français sur 705 députés européens

    Scrutin de liste (34 présentes)

    Pourquoi autant de listes :

    C’est une Election à la proportionnelle (listes ayant obtenu 5 % minimum)

    Nous élisons des représentants non pas de la France, mais de partis politiques qui vont ensuite (sans nous l’annoncer à l’avance pour certains) s’affilier à un parti européen.

    Point actuel : Partis européens : Partis français

    - Groupe du Parti populaire européen (PPE) : LR

    - Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen (S&D) : PS

    -  Conservateurs et réformistes européens (CRE) :

    - Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE) : UDI Modem LREM ?

    - Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL) : PC, France Insoumise

    - Groupe des Verts/Alliance libre européenne (Verts/ALE) : Les verts EELV

    - Groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe (ELDD) : Les patriotes

    - Groupe Europe des Nations et des Libertés (ENL) : RN

    - Non inscrits (NI)

    Nos représentants seront «noyés» dans des groupes, où ils seront minoritaires (peut-être même pas une Présidence de groupe).

    Nous savons que l’Europe est dirigée par les fonctionnaires et la commission non élus.

    Les chefs d’État décident en dernier ressort.

    Le Parlement n’a donc pas beaucoup d’impact et en plus, compte-tenu de son mode d’élection, les députés ne défendent pas leur pays mais s’alignent sur des visions de partis européens.

    Comment s’étonner du peu d’engouement des Français et des Européens pour voter à ces élections.

    27/28 pays,

    3 niveaux de « décision »,

    une dizaine de partis européens

    74 députés de notre nationalité au milieu de 705 députés…

    Nos députés ne devraient-ils pas nous représenter en concertation ?

    Est-ce cela une représentation nationale ???!!!

     

    Absence de campagne

    Tout est fait pourqu'il n'y ai pas de campagne.

    Pas de véritable projet de fond proposé.

    Une campagne de dernière minute (sauf, il faut le reconnaitre pour la france Insoumise)

    Juste un peu de gesticulations pour conserver des places et préserver des structures énormes, dépensières, manipulatrices, manipulées et dirigées par les puissants.

    Dommage car l'Europe pourrait être un vrai espace d'Humanité, exemple pour le monde.

    Il faudrait déjà que chaque pays soit organisé et démocratique et que l'argent roi ne soit pas le seul critère. 

    Mise en garde  

    Lire la suite

  • Débat national

    (1ère version de ce texte rédigée en date de mars 2019)

    Nous avons décidé de repousser l'ouverture de notre site à la fin du débat national.

    Pourquoi?

    Comme nous souhaitons ne pas générer de polémiques politiciennes, nous ne voulons pas  entrer dans ce débat qui à la base considére comme acquis le monde actuel basé sur l'argent et le positionnement des personnes dans des cases.

    Le logiciel de base étant à changer, il ne pourra sortir de ce débat, dont les sujets sont choisis à l'avance, que des mesures techniques sur des actions à court et moyen termes.

    Comme lors de tout état de crise, l'Histoire montre que c'est toujours le système en place qui en tire profit et prend des décisions lui permettant d'accroître sa politique actuelle et ses ambitions plus ou moins cachées.  

    Avec quelques arguments "populaires" le "diable" se cachera dans les détails et les mesures non médiatisées et sous jacentes à des fins d'égémonie des structures dirigentes actuelles

    Exemples possibles :

    1/ Les gilets jaunes se sont révoltés contre le manque de représentativité, en proposant des RIC etc...

    L'aboutissement risque d'être la diminution du nombre de députés et sénateurs.

    Ce serait un paradoxe plus de représentativité demandé, moins de représentants proposés.

    Coté populaire : cela répond à un sentiment de rejet de la clase politique par les Français.

    En cause en réalité : le mode de scrutin, non représentatif (voir les rubriques à ce sujet) le carrièrisme mis en place, les excès...

    En réalité il faudrait toujours autant de sénateurs et de députés, mieux élus, plus représentatifs, avec des rôles et un encadrement précis (voir notamment notre propostion d'un sénat organe de contrôle...).

    Petite anecdote : cette baisse du nombre de députés et l'affaiblissement du Sénat était dans le projet de E Macron, devant l'hostilité des élus, il va jouer sur le débat pour le mettre en place.

    Moins de représentant élus c'est moins d'opposition, une main mise plus aisée.

    Donc une représentativité des Français encore plus amoindrie.

    2/ RIC ou RIP

    Une des demandes mises en avant par les gilets jaunes et relayée par les médias et l'Etat : le RIC ou RIP

    Croyant avoir plus de moyens de peser sur le débat, par ce biais,  les manisfestants se sont accrochés à cette mesure

    Elle ne peut être valable que si les citoyens sont à la base de la demande.

    Or, il est évident que s'il y a une mise en place de ce type de référendum, il sera contrôlé, voire utilisé pour distraire le public sur des sujets qui n'ont aucune urgence mais qui vont occuper les pages  médiatiques, l'opinion, diviser les Français et permettre pendant ce temps de garder le pouvoir et de faire passer des lois et des réformes plus importantes dans le fond.

    En bilan un détournement des réalités, un faux semblant de pouvoir pour amuser et éloigner des vraies décisions prises à notre insu.

     

    Complément mai 2019

     

    Mesures prises suite au débat national et présentées en conférence de presse

    Démocratie

    - Pas reconnaissance du vote blanc,

    - Pas vote obligatoire

    - Pas de RIC,

    - RPI redéfini : soutien de 1 millions de citoyens, loi soumise au Parlement ou au référendum national.

    - Dose de proportionnelle à l'Assemblée nationale à hauteur de 20%.

    - Baisse de 20% à 30% du nombre de parlementaires.

    - Nouvelles règles pour conforter le rôle des maires

    - Droit de pétition locale avec des citoyens qui pourraient convoquer une assemblée locale pour discuter d'un ordre du jour précis.

    Ecologie/ Environnement

    - 150 Français seront tirés au sort pour travailler, au coté du Conseil économique, social et environnemental (CESE), sur toutes les questions concernant la fiscalité écologique. 

    Les propositions seront soumises soit au Parlement ou au référendum, ou appliquées directement par voir réglementaire.

    - Mise en place d’un Conseil de défense écologique, pour maintenir les grandes orientations écologiques et environnementales dans tous les domaines.

    Décentralisation/ Territoires

    - Une maison d'accès aux services publics, appelée "France Service", dans chaque canton pour les démarches administratives. 

    - Plus de fermeture d’hôpital ou d'école, sans accord du maire,

    - Mise ne place d’un pacte territorial

    - Plus de fonctionnaires pour assurer les services de proximité.

    - Nouvel acte de décentralisation instaurant une différenciation entre les territoires. 

    - Suppression de l'ENA, refonte du recrutement des hauts-fonctionnaires, suppression des grands corps de la fonction publique

    Impôts et pouvoirs d'achat

    - baissé "significativement" l’impôt sur le revenu a

    - La prime exceptionnelle défiscalisée sera reconduite, montant allant jusqu'à 1.000 euros. 

    - Certaines niches fiscales, pour les entreprises uniquement, seront supprimées.

    -Les effets de la suppression de l'ISF sera évaluée en 2020, et modifiée si besoin.

    - La Cour des comptes devra définir les règles précises pour endiguer l'évasion et la fraude fiscales

    - Les Caisses d'allocations familiales pourront prélever directement les pensions alimentaires non-versées,. 

    - Les pensions de retraites inférieures à 2.000 euros seront de nouveau indexée sur l'inflation au 1er janvier.

    - En 2021, cette réindexation concernera l'ensemble des régimes des pensions de retraites.

    - La pension minimum pour tous les retraités sera de 1.000 euros

    - Pas de recul de l'âge légal de départ mais plus de souplesse pour partir plus tard à la retraite.

    - Mise en place du système par points. 

    Emploi

    - Accès à l'emploi et de formations : "corriger les injustices qui existent encore." 

    - Suppression des freins à l'accès à l'emploi et à la formation, ( ex : déplacements)

    - Développement des formations universitaires courtes

    Laïcité et territoires en sécession à cause de "l'islam politique".

    - Surveillance des financements venus de l’étranger

    - Fermeture des écoles confessionnelles ne respecnt pas les règles  

    - La loi de 1905 restera le "pilier" de la laïcité.

    Immigration

    - l'immigration est "le deuxième grand combat de l'Europe avec le climat." 

    - Refonte des règles de l'espèce Schengen et des accords de Dubli et de la politique de développement en Afrique. 

     

    Nous vous laissons juger si ces mesures sont à la hauteur de ce que les Français attendaient.

     

    Mise en garde