Billets de aideur

  • Ce qui nous différencie

    Nous avons demandé à nos contributeurs d'expliquer par des exemples concrets, 
    La différence entre notre vision (basée sur la protection de l'Humain) et celles proposées actuellement par les partis clivants en place


    L'exemple des aides aux étudiants.
    Ces jeunes qui n'ont plus le soutien de leur famille se retrouvent souvent sans ressources et doivent trouver des solutions pour payer leurs études, se loger, se nourrir.
    Les libéraux (ex: LR) leur répondent vous n'avez qu'à vous débrouiller trouver du travail...
    Les mondialistes fianciers (LREM) leurs disent contracter des prêts.
    les partis sociaux préconsient le RSA et/ou le revenu universel...

    Nous nous propososns l'accès aux "ressources vitales démonétisées"
    La différence : la prise en compte de l'Humain, de ses besoins, la sortie du monde de l'argent-roi et du travail précaire.

     

    Lire la suite

  • Les maux des mots

    Nuage de mots2

     

     

     

     

     

     

    Les maux des mots

    La langue française est riche et permet de décrire beaucoup de détails pour exprimer la complexité de la pensée de l’Être Humain.
    L’évolution des modes de communication et des médias a détourné cette pluralité et enfermé les gens dans des cases et les mots deviennent des supports de cloisonnements simplistes qui permettent de catégoriser binairement les individus
    Soit vous êtes côté du mot soit vous êtes ringardisés ou même rendus infréquentables

    Il y a quelques années vous étiez au pire gauchiste ou de droite, maintenant vous êtes réformateurs, ou rétrogrades, vous n’êtes pas d’accord avec la pensée unique que l’on veut nous imposer vous êtes conspirationnistes, complotistes.
    Pour mieux vous faire comprendre ce que vous devez penser on vous envoie pour vous convaincre des sachants, experts, spécialistes, informés qui n’ont en réalité de ces « qualificatifs » que ceux du rôle que l’on veut leur donner à l’instant présent 

    A l’opposé de l’élite bien pensante, les autres sont qualifiés de sans-dents, d’inutiles...
    Ceux qui proposent d’autres point de vue, d’autres alternatives sont rapidement « inscrits » dans des listes aux terminologies extrémistes.
    Dès que des manifestations se mettent en place pour défendre telle ou telle cause, elles sont autorisées ou pas suivant leur correspondance avec ce qui est bien (voir la fin de l’article sur un autre mot à la mode) ou alors interdites ou réprimées et là encore qualifiées d’extrémistes de fait de la présence en « bordure » d’éléments extérieurs non contrôlés et qui n’ont rien à voir avec les participants.
    Le mouvement des gilets jaunes a rapidement fait naître la dénomination gilet-jaune qui englobe la notion de casseur, de moins que rien, d’empêcheur de tourner en rond, faisant ainsi oublier l’origine et les raisons de cette colère

    Autre phénomène certains s'accaparent des mots et les considèrent comme leur propriété refusant aux autres le droit de les utiliser : patriote, républicain, république, écologiste….

    Une même personne peut être républicaine, patriote, sociale, écologiste française, européenne, préconiser moins de pouvoir autour de l’argent moins de corruption, être pour la récompense du travail, de l’ entreprenariat, contre la pauvreté, pour les économies et vouloir réussir sa vie et profiter des loisirs….

    Alors que la pluralité de penser fait partie intégrante de la nature humaine, que l’expression des différentes opinions permet de se construire, de mettre en place une société où l’intérêt général prédomine sur l’intérêt particulier tout en respectant chaque liberté individuelle à partir du moment où elle ne nuit pas à celle du collectif.

    Il est nécessaire dans un projet nouveau de proposer d’autres bases d’une société où la démocratie représentative et l’exécutif correspondent à la diversité et participe à créer un pays respectueux de l’Humain, du commun et de la planète

    La France n’est pas une start-up au service de quelques uns, elle est un ensemble d’Êtres singuliers qu'il faut respecter sans leur demander en permanence d’avoir peur, de craindre pour leur avenir, de se laisser bercer par la pensée unique, de subir des chocs pour ensuite leur parler de résilience (autre mot à la mode) pour faire oublier les mensonges et la dureté du monde actuel que l’on veut imposer.

  • Documentaire Hold-Up

    Le documentaire Hold-up a fait couler beaucoup d’encre.
    Les médias et les réseaux ont diffusé ou vilipendé ce documentaire
    Nous avons décidé de le visualiser pour apporter notre avis
    La forme :
    L’effet de longueur a certainement la volonté de montrer le travail accompli et la pluralité des arguments
    Le ton est la musique ont pour but de le rendre plus solennel
    Le fond :
    Comme toujours il s’agit de données et d’affirmations basées sur des observations des avis qui ne sont pas assez détaillées pour pouvoir donner des preuves intangibles
    Certaines informations sont des faits d’autres des tissus de présomption
    Les interrogations apportées
    Ce documentaire fait réfléchir et amène à aller plus loin sur les sujets abordés
    Les raisons d’une telle diffusion
    La non légitimé des élus actuels leurs mensonges et contradictions permanentes amènent le doute et laisse la place à des débats des avis différents ce qui est logique et sain mais aussi le risque que des personnes manipulatrices ou des gens ayant une culture plus simple partent dans des dérives
    Les scientifiques qui sont de valeurs en France ont avancé sur cette épidémie en ordre dispersé.
    Certains choisis par copinage par le gouvernement ont voulu se mettre en position de « sachants » entraînant le réaction et la contradiction des autres.
    Les médias sont allés chercher partout y compris dans leur rangs des « experts » des « spécialistes » en tout genre pour argumenter sur les points de vue choisis en fonction de leurs intérêts.
    Les interventions contradictoires et souvent ressenties comme manipulatrices pour coller à l’actualité ou aux décisions politiques ont dsicrédité tout le monde.
    Le mélange des genres entre les médias les spécialistes et les laboratoires ont complètement brouillé les informations mettant en évidence l’implication forte des laboratoires dans les circuits médicaux
    Notre conclusion
    Ce documentaire montre :
    - Que dans notre société et partout il doit y avoir la pluralité le débat.
    - Qu’il est important que l’information soit faite sur les bases des faits avec l’apport des arguments et outils pour pouvoir comprendre et se faire sa propre opinion
    - Qu’il est important d’enseigner les bases permettant à chacun de se faire son opinion sans être manipulé ou entraîné sur des chemins simplistes avec des oeillères
    - Qu’il n’y a pas LA vérité et que nous devons rester humble sur les connaissances humaines et toutes les influences du monde actuel qu’elles subissent
    - Qu’il n’y pas les sachants, les lumières mais un monde pluraliste où les discussions les débats doivent amener à des conciliation pour trouver le lieu de rencontre d’une majorité
    Cela évite qu’une minorité décide et ne mette en place une autorité basée sur des positionnements non démocratiques, des arguments arrangés pour imposer aux autres
    Cela permet surtout à l’Humain de revenir au centre du débat pour rappeler qu’il ne sait pas tout et qu’il doit recentrer sa vie et son organisation collective sur les 3 axes que nous préconisations l’Humain le collectif et le planète.

    Mention spéciale pour le Dr Alexandre Laurent pour avoir parlé de résiduels et d’inutiles en contradiction avec les élites les dominants qui vont se servir des technologies pour nous asservir. A ne pas oublier !
    Cela nous donne encore plus de courage pour proposer une autre voie que ce faux progès déguisé et débridé au service de la domination de certains.

  • Covid

    Covid 19 déjà 1 an : Un 1er bilan

    Que se passe-t-il ?

    Pourquoi, 1 an après les premiers cas dans le monde les chercheurs, scientifiques, professionnels du monde entier n’ont-ils pas établi plus de certitudes sur cette maladie : mode de contamination, source, délai, incubation, contagion, évolution, traitement, vaccin.

    Bien sûr l’être Humain, reste humain et il peut être dépassé (et le sera toujours) par la nature

    Comment se fait-il qu’il n’y ai pas plus d’avancées ?

    Quelles explications possibles ?

    - le chacun pour soi (pays, labos, chercheurs, médecins)

    - l’argent, la volonté d’être le découvreur pour fournir le produit

    - les égos, chacun se retranche sur ses certitudes, il a raison face aux autres, il est le sachant

    - les lobbies, les grands laboratoires notamment cherchant un vaccin et non un médicament. Il faut des malades alors au lieu de chercher des médicaments l’éradication on cherche le commerce, le gain

    - les liens entre laboratoires, chercheurs etc...

    - la perte de temps dans les médias chacun y va de sa gloriole momentanée de ses cachets.

    Face à cela il y a l’Être Humain, le peuple.

    Beaucoup de malades, de morts.

    Beaucoup de conséquences sur l’avenir par les séquelles physiques et psychologiques (pour tous)

    L’Humain a été mis en arrière par rapport au politique, à l’argent, à l’incompétence

    Les Français ont toujours eu confiance en leurs médecins mais dans cette période le corps médical qui est sensé est régi par un ordre a été l’exemple même du désordre.

    Chacun y allant de sa divergence, de ses intérêts, allant dans les médias pour dire sa version, contredire son collégue.

    Sans compter les médias qui ont été chercher des professionnels, des spécialistes des experts avec des compétences ou aucunes mais surtout n’ayant aucunes connaissances du fonctionnement de ces médias qui manipulent ensuite ce qu’il faut passer comme message en fonction de leur appartenance, de l’audimat et du buzz.

    Ce qu’il a manqué :

    Une organisation nationale (d’abord il faudrait que la représentation nationale soit représentative et reconnue) qui planifie, organise, fédère tous les intervenants

    et non laisse le marché régler cela et mettre des mesures sans cohérence pour essayer de diminuer l’impact économique avant tout.

    Une indépendance totale de tous les participants notamment les scientifiques qui ne doivent avoir qu’un seul intérêt le bien de l’Humain et une vocation de service.

    Face à des crises, il y a besoin de :

    - resserrer les rangs

    - de réunir les compétences

    - de travailler ensemble, en équipe, en coopération

    - de planifier le travail

    - de mettre sur la table toutes les solutions par la coordination du grand nombre

    Ensuite :

    - expliquer

    - communiquer

    - partager

    pour faire adhérer ou tout au moins faire comprendre au lieu de contraindre imposer tergiverser, mentir et perdre tout audibilité

    C’est donc notre organisation national et la tête de celle-ci, (pas une personne mais un « collectif ») qui est défaillante

    Il faut revoir les bases de notre démocratie de notre organisation, de notre représentation, de notre participation, de notre contrôle.

    L’humain avant tout

    Lire la suite