Les maux des mots

Nuage de mots2

 

 

 

 

 

 

Les maux des mots

La langue française est riche et permet de décrire beaucoup de détails pour exprimer la complexité de la pensée de l’Être Humain.
L’évolution des modes de communication et des médias a détourné cette pluralité et enfermé les gens dans des cases et les mots deviennent des supports de cloisonnements simplistes qui permettent de catégoriser binairement les individus
Soit vous êtes côté du mot soit vous êtes ringardisés ou même rendus infréquentables

Il y a quelques années vous étiez au pire gauchiste ou de droite, maintenant vous êtes réformateurs, ou rétrogrades, vous n’êtes pas d’accord avec la pensée unique que l’on veut nous imposer vous êtes conspirationnistes, complotistes.
Pour mieux vous faire comprendre ce que vous devez penser on vous envoie pour vous convaincre des sachants, experts, spécialistes, informés qui n’ont en réalité de ces « qualificatifs » que ceux du rôle que l’on veut leur donner à l’instant présent 

A l’opposé de l’élite bien pensante, les autres sont qualifiés de sans-dents, d’inutiles...
Ceux qui proposent d’autres point de vue, d’autres alternatives sont rapidement « inscrits » dans des listes aux terminologies extrémistes.
Dès que des manifestations se mettent en place pour défendre telle ou telle cause, elles sont autorisées ou pas suivant leur correspondance avec ce qui est bien (voir la fin de l’article sur un autre mot à la mode) ou alors interdites ou réprimées et là encore qualifiées d’extrémistes de fait de la présence en « bordure » d’éléments extérieurs non contrôlés et qui n’ont rien à voir avec les participants.
Le mouvement des gilets jaunes a rapidement fait naître la dénomination gilet-jaune qui englobe la notion de casseur, de moins que rien, d’empêcheur de tourner en rond, faisant ainsi oublier l’origine et les raisons de cette colère

Autre phénomène certains s'accaparent des mots et les considèrent comme leur propriété refusant aux autres le droit de les utiliser : patriote, républicain, république, écologiste….

Une même personne peut être républicaine, patriote, sociale, écologiste française, européenne, préconiser moins de pouvoir autour de l’argent moins de corruption, être pour la récompense du travail, de l’ entreprenariat, contre la pauvreté, pour les économies et vouloir réussir sa vie et profiter des loisirs….

Alors que la pluralité de penser fait partie intégrante de la nature humaine, que l’expression des différentes opinions permet de se construire, de mettre en place une société où l’intérêt général prédomine sur l’intérêt particulier tout en respectant chaque liberté individuelle à partir du moment où elle ne nuit pas à celle du collectif.

Il est nécessaire dans un projet nouveau de proposer d’autres bases d’une société où la démocratie représentative et l’exécutif correspondent à la diversité et participe à créer un pays respectueux de l’Humain, du commun et de la planète

La France n’est pas une start-up au service de quelques uns, elle est un ensemble d’Êtres singuliers qu'il faut respecter sans leur demander en permanence d’avoir peur, de craindre pour leur avenir, de se laisser bercer par la pensée unique, de subir des chocs pour ensuite leur parler de résilience (autre mot à la mode) pour faire oublier les mensonges et la dureté du monde actuel que l’on veut imposer.